20 ans de surpêche européenne soulignent la nécessité d’intégrer l’océan dans le Pacte Vert

                                 

EU Overfishing 2001-2020- Who's to Blame?

View full country scoreboard»

Bruxelles, 29 avril 2020 – La New Economics Foundation et l’ ONG Our Fish ont appelé aujourd’hui l’UE et les États membres à inclure l’élimination de la surpêche dans leurs lois sur le climat, après qu’une nouvelle étude ait révélé que les pays de l’UE ont surpêché 8,78 millions de tonnes de poissons au cours des 20 dernières années [1]. Selon l’analyse historique publiée par la New Economics Foundation (NEF), l’Espagne, l’Irlande, le Portugal et les Pays-Bas sont en tête du tableau de la “Ligue de la surpêche”, en obtenant le plus grand pourcentage de quotas supérieurs aux niveaux scientifiquement conseillés pour les limites durables (respectivement 35%, 24%, 23%, 22%), tandis que le Royaume-Uni, le Danemark et l’Espagne ont reçu le plus en termes de tonnage excédentaire (respectivement 1,78M tonnes, 1,48M tonnes et 1,04M tonnes).

“Si l’UE tient son engagement de mettre fin à la surpêche et de reconstituer les stocks de poissons détériorés à des niveaux durables, elle pourrait créer plus de 20 000 nouveaux emplois, nourrir 89 millions de personnes et générer 1,6 milliard d’euros de recettes annuelles supplémentaires”, a déclaré Griffin Carpenter, chercheur principal à la New Economics Foundation. “Au lieu de cela, année après année, les ministres de la pêche ont continué à fixer des limites de pêche supérieures aux avis scientifiques, allant même jusqu’à ignorer l’échéance légale de 2020 fixée par l’UE elle-même. Pour assurer la durabilité des mers, les ministres de la pêche de l’UE doivent mettre fin à cette pratique et respecter la législation européenne en suivant les avis scientifiques”.

La dernière analyse, qui fait partie du rapport “Landing the Blame” de la New Economics Foundation sur les limites de pêche annuelles convenues (total admissible des captures ou TAC) pour les stocks de poissons commerciaux dans les eaux de l’UE, a révélé qu’entre 2001 et 2020, en moyenne, six TAC sur dix ont été fixés au-dessus des avis scientifiques. Si le pourcentage de TAC fixés au-dessus des avis a diminué tout au long de cette période (de 39 % à 10 % dans l’ensemble des eaux de l’UE), la proportion de TAC fixés au-dessus des avis a connu une baisse moins importante, passant de huit TAC sur dix à cinq sur dix.

“Comme la crise du COVID l’a clairement démontré, la destruction systématique de la nature menace plus que jamais la santé de notre planète et des personnes. L’analyse de la NEF intitulée “Landing the Blame” fait ressortir une dure réalité : en surpêchant près de 9 millions de tonnes de poissons en 20 ans, les ministres européens de la pêche continuent de miner l’écosystème qui nous offre la meilleure protection contre le changement climatique – l’océan”, a déclaré Rebecca Hubbard, directrice du programme “Our Fish”. “La Commission européenne et les dirigeants de l’UE doivent prendre conscience de la gravité de cette situation. Si nous ne relâchons pas la pression sur lui, nous courons le risque que l’océan se retourne contre nous. C’est pourquoi il est essentiel d’intégrer la fin de la surpêche et le rétablissement de la santé des océans dans le “Green Deal” de l’UE, en finalisant les stratégies “Biodiversité” et “Farm to Fork”.

  • De 2001 à 2020, la France a fixé un quota de 771 000 tonnes supérieur aux avis scientifiques, ce qui la place en cinquième position.
  • En moyenne, la France a fixé des quotas supérieurs de 20 % aux avis scientifiques, ce qui la place en septième position.
  • Pour la France, 44 quotas (sur les 93 évalués) ont été fixés au-dessus des avis scientifiques en 2020. Si ces quotas sont utilisés, la date limite de 2020 pour mettre fin à la surpêche ne sera pas respectée.
  • La France est impliquée dans plus de décisions relatives aux quotas que tout autre État membre.
  • Certains quotas sont systématiquement fixés au-dessus des avis scientifiques, notamment le lieu noir en mer Celtique, le merlan et le lieu noir dans le golfe de Gascogne et le merlu en mer Cantabrique.
  • Ces dernières années, le quota de merlu en mer Celtique, dont la France est le plus grand bénéficiaire, a été basé sur les avis scientifiques et la biomasse et les captures ont augmenté.

La flotte de pêche française est l’une des mieux rémunérées de l’UE, avec un salaire moyen de 76 000 euros.

 

Landing the Blame

Pour une information plus détaillée, veuillez cliquer ic:

Landing the Blame Technical Appendix

Contact :

Dave Walsh, notre conseiller en communication sur le poisson, +34 691 826 764, dave@our.fish

Griffin Carpenter, New Economics Foundation, +44 759 211 7776, griffin.carpenter@neweconomics.org

Notes :

[1] Landing the Blame : La surpêche dans l’Atlantique du Nord-Est en 2020 :

https://neweconomics.org/2020/03/landing-the-blame-overfishing-in-the-northeast-atlantic-2020

https://neweconomics.org/uploads/files/LtB_NE_Atlantic_2020.pdf

Pour des informations détaillées, veuillez télécharger l’annexe technique de Landing the Blame.

L’analyse du NEF classe les États membres de l’UE en fonction de la proportion de leur quota qui a été fixée au-dessus des avis scientifiques, plutôt qu’en fonction du tonnage global, sur la base du fait que depuis deux décennies, les États membres de l’UE ont apparemment demandé – et reçu par la suite – des quotas, et donc un accès, supérieurs aux avis scientifiques fournis par le CIEM (Conseil international pour l’exploration de la mer).

La nouvelle politique commune de la pêche (PCP), entrée en vigueur en 2014, vise à restaurer et à maintenir les populations de stocks de poissons au-dessus des niveaux capables de supporter le rendement maximal durable (RMD) (https://ec.europa.eu/fisheries/cfp_en). Le taux d’exploitation correspondant devait être atteint en 2015, si possible, et en 2020 au plus tard pour tous les stocks.

Plus d’information :

Stratégie “Farm to fork” de l’UE – Notre proposition :

https://our.fish/publications/farm-to-fork-strategy-our-fish-submission/

 

Plus d’information sur Our Fish

 

Our Fish travaille à mettre fin à la surpêche et à restaurer un écosystème océanique sain. En collaborant avec d’autres et en développant des preuves solides, nous appelons à mettre un terme à la surpêche, une action essentielle pour faire face à la crise de la biodiversité et du climat. Site web: https://our.fish

Suivez-nous sur Twitter : @our_fish